top of page
  • Photo du rédacteurLa Page Inattendue

Ces jours qui disparaissent

Timothé Le Boucher

BD - Contemporain


Que feriez-vous si d’un coup vous vous aperceviez que vous ne vivez plus qu’un jour sur deux ? C’est ce qui arrive à Lubin Maréchal, un jeune homme d’une vingtaine d’années qui, sans qu’il n’en ait le moindre souvenir, se réveille chaque matin alors qu’un jour entier vient de s’écouler. Il découvre alors que pendant ces absences, une autre personnalité prend possession de son corps. Un autre lui-même avec un caractère bien différent du sien, menant une vie qui n’a rien à voir. Pour organiser cette cohabitation corporelle et temporelle, Lubin se met en tête de communiquer avec son « autre », par caméra interposée. Mais petit à petit, l’alter ego prend le dessus et possède le corps de Lubin de plus en plus longtemps, ce dernier s’évaporant progressivement dans le temps... Qui sait combien de jours il lui reste à vivre avant de disparaître totalement ?


 

Que dire de cette lecture ? Si vous recherchez une histoire déstabilisante, Ces jours qui disparaissent pourrait bien répondre à vos attentes ! J'en ressors toute chamboulée et, il faut le dire, plutôt déprimée.


La vie de Lubin bascule quand il s'aperçoit qu'il oublie des jours, et qu'un double de sa personnalité prend possession de son corps. Tout le long du livre, nous assistons à cette situation inconfortable sans pouvoir rien faire, si ce n'est espérer qu'il reprendra le contrôle de lui-même.



Pour tout vous avouer, je ne sais que penser de ce livre. Confusion, perplexité, chagrin... L'histoire prend aux tripes et ne laisse pas indifférent. Et c'est ce qui m'amène à affirmer que ce fût une bonne lecture. Je ne sais pas si je l'ai appréciée, mais elle m'a véritablement marquée et c'est aussi pour vivre de telles émotions que l'on ouvre un livre !

Tandis que le récit avance, nous sommes aussi perdus que Lubin : est-ce lui qui devient fou ou son entourage le manipule-t-il ? Y a-t-i une dimension fantastique ?


Les illustrations participent à cette perte de repères. Par leur simplicité et leurs nuances pastel, on ne sait plus vraiment ce qui relève du réel ou de la confusion.



Je vous invite à vous faire votre propre avis de ce graphique hors du commun, à vivre cette lecture dérangeante mais profondément marquante.


 

Edition : Glénat

Pages : 208

Comments


bottom of page