Chronique

06/11/2020

VAMPYRIA

La Cour des Ténèbres

COUP DE COEUR 

Edition : Robert Laffont

Collection : Collection R

Pages : 490

Merci @adelie_de_sabres pour m'avoir aidé à prendre ces magnifiques photos, tu es vraiment la best <3

« Tu vas t’épanouir à Versailles telle une fleur exotique. Les vampyres du palais raffolent de tout ce qui sort de l’ordinaire. Mais attention : la Cour des Ténèbres a ses codes, ses pièges mortels, et le moindre faux pas s’y paye au prix du sang… »

 

En l’an de grâce 1715, le Roy-Soleil s’est transmuté en vampyre pour devenir le Roy des Ténèbres. Depuis, il règne en despote absolu sur la Vampyria : une vaste coalition à jamais figée dans un âge sombre, rassemblant la France et ses royaumes vassaux. Un joug de fer est imposé au peuple, maintenu dans la terreur et littéralement saigné pour nourrir l’aristocratie vampyrique.

 

Trois siècles plus tard, Jeanne est arrachée à sa famille de roturiers et catapultée à l’école formant les jeunes nobles avant leur entrée à la Cour. Entre les intrigues des morts-vivants du palais, les trahisons des autres élèves et les abominations grouillant sous les ors de Versailles, combien de temps Jeanne survivra-t-elle ?

   J'ai attendu une semaine avant d'écrire cette chronique, afin de ne pas être influencée par un avis trop précipité et de chercher des points que je n'aurai pas aimé dans ma lecture car je n'en trouvais pas. Bon, et bien après avoir activement recherché, je peux vous affirmer que je n'en trouve toujours pas, ce livre est un vrai coup de cœur !

   Quand Victor Dixen a annoncé que sa prochaine saga serait horrifique, j'étais un peu sceptique car ce n'est pas un genre que j'apprécie particulièrement. Mais le jour de sa sortie, en tant que fan inconditionnelle de cet auteur, je me suis ruée vers ma librairie pour me le procurer. O joie immense d'avoir entre les mains un aussi bel ouvrage ! Car il faut dire que le livre est en soi magnifique, avec ses décors dorés qui ressortent sur fond noir, les rabats présentant les personnages ou encore la carte de la Magna Vampyria, le monde dans lequel se déroule l'histoire. Une fois de plus, le travaille éditorial de la Collection R est fabuleux ! Et une fois de plus, Victor Dixen nous éblouit par son talent !

   Dès le livre ouvert, nous sommes embarqués dans une histoire tumultueuse et directement plongés dans cet univers sombre et pesant. Car dès le premier chapitre, les actions s'enchaînent sans répit ! Vous pensiez commencer un énième livre sur les vampyres avec une intrigue vue et revue ? Détrompez-vous, Victor Dixen nous entraîne dans une folle aventure de trahisons et de vengeance, où il vous sera important de ne vous fier à personne !

  J'ai vraiment a-do-ré ce roman ! Il réunit vampyres et Versailles, un mélange original et osé qui donne un rendu explosif ! C'est original, c'est étonnant et surtout très addictif ! Impossible d'abandonner l'histoire tant elle est palpitante ! Chaque chapitre apporte avec lui son lot de révélations totalement imprévisibles, tout peut être chamboulé en l'espace de quelques pages ! J'ai vraiment apprécié cette instabilité permanente qui nous met sur le qui-vive et nous empêche de nous embourber dans des longueurs et des explications sans fin; c'est dynamique et efficace ! Nous ne somme jamais au bout de nos surprises !

   L'univers de la Magna Vampyria est tout aussi original et complexe. En 1715, au seuil de sa mort, le roy Louis XIV s'est transmuté en vampyre, devenant ainsi Louis l'Immuable. Le Roy-Soleil s'est transformé en Roy des Ténèbres. Depuis, il domine une grande partie du monde de son règne éternel. La société est divisée en quatre classes : les vampyres, seigneurs immortels; les médecins de la Faculté Hématique, une nouvelle religion vouée au culte des Ténèbres; les nobles mortels; et enfin le quart-état, les roturiers représentant le peuple soumis chaque mois à un prélèvement de sang pour nourrir les créatures de la nuit.

      La domination des Ténèbres est glaçante (comme la peau des vampyres ahah...), les roturiers ne sont que du bétail, et l'ambiance est très sombre et parfois sanglante. Victor Dixen n'hésite pas à décrire des scènes parfois violentes, voire gores, mais j'ai beaucoup aimé cet aspect (à croire que je suis une vampyre moi aussi    ). Donc si vous êtes sensibles à tout ce qui se rapporte au sang, sachez que certains moments sont assez glauques. J'ai aussi vraiment apprécié que les vampyres soient pleinement cruels. Ici, pas de vampyre tout mignon à l'eau de rose. Non, ce sont de véritables monstruosités. L'auteur a renoué avec les origines de ces créatures cauchemardesques. Cet univers vampyrique est très bien construit, chaque détail, chaque élément a été pensé avec soin. Qu'y a t-il de plus beau qu'une rose ? Dans Vampyria, elles sont blanches et d'une beauté surnaturelle. Mais derrière leur attirante apparence, elles se nourrissent pourtant du sang frais des mortels, se teintant alors d'un rouge écarlate... Ainsi, tout est absolument horrifique !

   J'ai aussi beaucoup aimé les personnages, en particulier Orféo et Alexandre de Mortange. Ce qui les rend si profonds, c'est leur complexité.  Aucun d'eux n'est stéréotypé, ils possèdent tous une part d'ombres  qui fait que l'on ne sait jamais à qui se fier. Et croyez-moi, ils ne sont jamais ce qu'ils semblent être ! Le seul qui m'ait laissé une impression mitigée, c'est Jeanne, l'héroïne. Encore maintenant, je ne sais pas quoi penser d'elle. Il m'arrivait de l'admirer pour la force de sa détermination, mais j'avais surtout envie qu'il lui arrive le plus de malheurs possible, car elle est juste insupportable. Jeanne n'a aucune valeur, aucune morale et ne pense qu'à elle. Ses motivations sont purement égoïstes, et j'espère vraiment qu'elle va évoluer dans les prochains tomes. Mais j'ai en même temps trouvé cela étonnant et très audacieux, c'est pourquoi je l'a considère plutôt comme un élément positif du récit. L'auteur a pris le parti-pris de créer un personnage exécrable tout en sachant qu'il ne plairait pas forcément à tous les lecteurs, et je trouve cela très courageux. Jeanne correspond vraiment à l'univers du roman.

   La plume de Victor Dixen est toujours aussi riche et captivante, j'ai l'impression qu'il s'améliore à chacun de ses romans (même si je trouve qu'elle est vraiment magnifique dans Extincta). Il maîtrise le sens du suspense comme personne, et ses descriptions sont très visuelles, on a l'impression d'être sur les lieux, comme dans un film ! Et ce qui est super, c'est qu'il a parsemé le récit de nombreuses références littéraires toujours pertinentes.

   Le seul point qui peut s'avérer un peu moins bien (et encore, c'est vraiment pour chipoter), c'est que l'enchaînement des actions fait que certaines d'entre elles sont un peu expédiées sans trop d'explications. Mais ça reste très peu dérangeant.

     Vous l'aurez compris, Vampyria: La Cour des Ténèbres est un réel coup de cœur ! On ne s'ennuie jamais, tout est pensé et construit avec justesse, et l'ambiance est incroyable ! 

   J'ai eu la chance de lire ce roman dans le cadre de la grande Lecture Commune organisée par @lesinfoslivres dans le groupe des #TeamRoturiers. C'était juste génial, on discutait chaque soir des chapitres lus en débattant, en émettant des théories absolument folles et parfois très drôles ! Ca m'a permis de réfléchir à des passages et à des détails auxquels je n'aurai jamais fait attention en temps normal; c'était une super expérience ! Les activités proposées étaient très sympas. Et, cerise sur le gâteau, la LC s'est terminée le 31 octobre par un live avec Victor Dixen, que vous pouvez voir ici ! Encore merci à Nathan pour ces supers moments !

 

Et sinon, bravo à vous si vous avez lu cette chronique jusqu'au bout, elle est un peu longue mais j'avais beaucoup de choses à dire ^^

Voir aussi -> Le Cas Jack Spark

                -> des infos sur Victor Dixen

N'hésitez pas à me contacter !