Chronique

08/09/22

Samantha Shannon

Le Prieuré de l'Oranger
Partie I

COUP DE

press to zoom

press to zoom

press to zoom
1/2

Edition : J'ai Lu
Pages : 608

Un monde divisé.

Un reinaume sans héritière.

Un ancien ennemi s'éveille.

La maison Berethnet règne sur l'Inys depuis près de mille ans. La reine Sabran IX qui rechigne à se marier doit absolument donner naissance à une héritière pour protéger son reinaume de la destruction, mais des assassins se rapprochent d'elle...

Ead Duryan est une marginale à la cour. Servante de la reine en apparence, elle appartient à une société secrète de mages. Sa mission est de protéger Sabran à tout prix, même si l'usage d'une magie interdite s'impose pour cela.

De l'autre côté de l'Abysse, Tané s'est entraînée toute sa vie pour devenir une dragonnière et chevaucher les plus impressionnantes créatures que le monde ait connues. Elle va cependant devoir faire un choix qui pourrait bouleverser son existence.

Pendant que l'Est et l'Ouest continuent de se diviser un peu plus chaque jour, les sombres forces du chaos s'éveillent d'un long sommeil... Bientôt, l'humanité devra s'unir si elle veut survivre à la plus grande des menaces.

    Le Prieuré de l'Oranger a été ma meilleure lecture de l'été. Après avoir enchaîné les déceptions et des dystopies aussi creuses qu'ennuyantes, retrouver un bon roman de fantasy m'a sauvée d'une panne de lecture qui s'annonçait terrible. Il n'y a pas à dire, la fantasy reste incontestablement mon genre préféré, surtout quand il est représenté par cette grande épopée signée Samantha Shannon !


   Dès les premières pages, on s'aperçoit que nous nous engageons dans un
univers d'une richesse à couper le souffle. Entre les différentes contrées, populations, coutumes et légendes qui se côtoient, la diversité culturelle qui nous est présentée nous donnerait presque le tournis. Chaque pays se distingue par ses croyances et toutes ces particularités qui contribuent à la complexité d'un Etat. Mais personnellement, ce sont d'abord des odeurs, des couleurs et des saveurs qui me viennent à l'esprit quand je me remémore ma lecture.
   Pour le reinaume d'Inis, la première image qui m'apparaît est celle de l'anis. C'est vrai que ces deux mots sont très similaires par leur sonorité, mais c'est davantage le goût fort et un peu écoeurant de l'épice, ainsi que son odeur légèrement piquante, qui pour moi représentent parfaitement le territoire.
   Et j'ai le même genre de comparaison pour beaucoup d'autres éléments du livre.
L'univers suscite tous nos sens, et c'est grâce à cette incroyable immersion que le Prieuré de l'Oranger peut être considéré comme un très bon roman.
   J'ai également constaté que l'Inis ressemblait beaucoup à Portréal, la capitale royale de Game of Thrones ; j''y ai retrouvé une ambiance et un décors similaires. Et avec les dragons, le doute n'était plus permis ! On sent l'influence importante que la saga de George R.R. Martin a eu sur l'histoire de Samantha Shannon, et c'est un vrai plaisir ! 

   S'il n'est pas aussi trash que celui de Westeros (et il n'a jamais prétendu l'être),
le récit du Prieuré de l'Oranger nous captive par la multiplicité de ses intrigues, ses complots, jeux de pouvoir, meurtres, espionnages et trahisons. C'est un vrai noeud qui se démêle au fur et à mesure jusqu'à révéler les liens qui relient chaque partie de l'histoire. Et encore, l'ayant lu en format poche, je ne vous parle que de la première moitié du livre ; il me tarde de découvrir la suite !
   C'est un récit à quatre voix mais malheureusement, toutes n'ont pas le même espace pour s'exprimer.
Si l'intrigue prend aux tripes, le rythme du récit n'est pas égal, d'où un déséquilibre entre les chapitres et les différents points de vue.

   Quant à la plume de l'autrice, elle est parfaitement juste et maîtrisée. Je m'attendais à des lourdeurs, des phrases interminables, des descriptions à n'en plus finir comme on en trouve malheureusement trop en fantasy. Mais non, chaque phrase nous transporte par sa délicatesse, le texte se lit avec beaucoup de plaisir.
Cependant, je ne vous recommande pas ce roman pour vous lancer dans la fantasy. C'est un genre assez complexe et difficilement abordable pour ceux qui n'en n'ont pas l'habitude, et le
Prieuré de l'Oranger n'est clairement pas écrit pour les novices.

   Le seul bémol qui est venu entacher ma lecture concerne les personnages.
Je ne me suis attachée à aucun d'eux. J'étais bien plus fascinée par l'histoire qu'intéressée par les protagonistes. Ils manquaient de chaleur, de ce je ne sais quoi d'humain qui les aurait rendu presque réels.


   Le Prieuré de l'Oranger a été un coup de coeur, c'est un indispensable pour tous les fans de fantasy et de Game of Thrones !