top of page
  • Photo du rédacteurLa Page Inattendue

Scarlett & Browne, t.2 : Récit de leurs incroyables délits et braquages

Jonathan Stroud

Aventure - SFFF - Frissons - Dystopie - Voyage

-> chronique tome 1




En matière de délits et braquages, l'impitoyable Scarlett McCain et l'étrange Albert Browne sont les hors-la-loi les plus doués et les plus recherchés d'Angleterre. Seul problème, leur passé n'est jamais très loin: nombreux sont ceux qui veulent leur peau... Entre vieux ennemis et menaces en tous genres, les deux criminels se voient bientôt contraints d'accepter une impossible mission de pillage dans une mine en ruine...



 

Partez avec Scarlett et Browne à travers les landes sauvages d'une Angleterre dévastée et envahie de créatures qui ne désirent qu'une chose : se repaitre de votre chair ! Dès la première page tournée, vous ne serez plus en repos ! Braquages, courses-poursuites, trafic, mission suicide : vous voici embarqués au coeur des folles aventures de ces deux brigands que rien n'arrête !



Ce second tome s'inscrit dans la continuité du premier grâce à ce duo explosif et à sa capacité pour se trouver toujours dans les pires situations. On ne se lasse pas de suivre leurs tribulations, d'autant plus que leur relation sans ambiguïté demeure assez atypique pas rapport à la surcharge de romance que l'on trouve en ce moment dans les rayons des librairies. Ici, pas l'ombre d'une amourette, mais plutôt un lien entre une grande soeur taciturne et un petit frère naïf mais plus malin qu'il n'y paraît. Scarlett la rebelle et Browne l'optimiste, deux personnalités que tout oppose mais qui s'épanouissent une fois réunies. Cependant, l'atmosphère plus sombre de cette suite impacte un peu la dynamique de leur alliance, qui est moins éclatante qu'auparavant. Finis les prises de tête absurdes, les quiproquos délirants et les coups de couteau dans le dos ; ils ont enfin trouvé un terrain d'entente et leur relation en est plus apaisée.


Si j'insiste autant sur leur duo, c'est parce qu'il constitue le pilier central du récit. S'il était d'une autre nature, la lecture perdrait de son intérêt. L'auteur est parvenu avec brio à insuffler une véritable force de vivre à ses personnages. En prenant Scarlett et Browne individuellement, on s'aperçoit de leur évolution depuis le début du premier tome, et ils ne sont clairement plus les mêmes ! Leurs caractères ont pris de l'épaisseur et leur histoire personnelle se dévoile peu à peu. Les chapitres alternent entre leurs deux points de vue, et la narration a ceci de particulier qu'elle laisse transparaître leur personnalité et traduit leurs états-d'âme. Tandis que les pages dédiées à Scarlett se démarquent par des phrases courtes et efficaces qui vont à l'essentiel, celles de Browne se caractérisent par un étirement des paragraphes qui illustre le flux toujours mouvant de sa pensée.


Comme dit un peu plus tôt, l'univers et l'histoire s'étoffent et deviennent de plus en plus sombres, mettant en avant des sujets plus matures. Le tout est assez violent et gore, alors soyez prêts à ressentir quelques frissons. Le monde sauvage que nous fait traverser l'auteur est encore enrichi dans cette suite tout en conservant ce qui lui donne son originalité : la nature est l'antagoniste principale de l'intrigue. Depuis que les Hommes l'ont poussée dans ses retranchements lors du Cataclysme (comprenez le réchauffement climatique), la planète semble avoir entrepris une sorte de vengeance sur l'humanité, rendant toutes les terres hostiles et infertiles. Nous voyageons donc dans un décor de western post-apocalyptique, où les derniers survivants se barricadent dans des villages renfermés sur eux-mêmes et où les brigands et les bêtes sauvages (et les monstres) hantent les chemins.

Mais cette atmosphère quelque peu morbide est allégée grâce à l'humour de Jonathan Stroud, qui est selon moi un maître du second degré et de l'ironie. Certaines scènes particulièrement sombres deviennent ainsi très drôles et légères (notamment une scène de pendaison), et je ne me suis jamais sentie étouffée par la lourdeur des événements. Au contraire, j'ai beaucoup, mais alors beaucoup ri !


Mais paradoxalement, tout le côté "horreur" m'a moins marquée que dans le premier tome. Je me rappelle d'une scène qui m'avait terrorisée, et je n'ai pas retrouvé le même ressenti. Néanmoins, les aventures et retournements de situation délirants sont plus nombreux que jamais, et on ne peut jamais vraiment prévoir ce qu'il va se passer !



Ce second tome a une fois de plus été une très bonne lecture grâce à son mélange d'aventures, d'humour et d'horreur !


 

Edition : Gallimard

Collection : Jeunesse

Pages : 384

Service de presse

-> chronique tome 1

Comentarios


bottom of page