Chronique

19/11/20

Gaël Faye

PETIT PAYS

Avant, Gabriel faisait les quatre cents coups avec ses copains dans leur coin de paradis. Et puis l'harmonie familiale s'est disloquée en même temps que son « petit pays », le Burundi, ce bout d'Afrique centrale brutalement malmené par l'Histoire.
 

Plus tard, Gabriel fait revivre un monde à jamais perdu. Les battements de cœur et les souffles coupés, les pensées profondes et les rires déployés, le parfum de citronnelle, les termites les jours d'orage, les jacarandas en fleur... L'enfance, son infinie douceur, ses douleurs qui ne nous quittent jamais.

Edition : Grasset / Le Livre de Poche

Pages: 219

         Petit Pays est un roman très touchant mêlant à la fois douceur et violence. Nous suivons Gabriel, un jeune garçon du Burundi ayant un père français et une mère rwandaise. Il va nous inviter dans son quotidien insouciant fait de petits bonheurs simples et de bêtises avec ses amis, jusqu'au jour où la guerre va venir briser son enfance et faire voler en éclats son innocence.

   Gabriel est très attachant. Il est malin et gai, et c'est avec délice qu'on suit ses tribulations enfantines. Le récit étant conté à la première personne, nous lisons les pensées du garçon qui, par son jeune âge, sont parfois amusantes et touchantes. C'est très intéressant de voir, à travers ses pensées, comment les enfants perçoivent la guerre et le génocide.

  Car nous assistons, impuissants, à la fin de l'innocence de Gabriel. Une innocence brisée prématurément par des événements qui le dépassent : les massacres au bout de son impasse, la terre imbibée de sang, les jours à se terrer dans le noir pour se cacher des tueries... J'ai été plus d'une fois bouleversée par l'horreur des situations. J'ai aimé suivre l'évolution de Gabriel et de ses amis, qui feront des choix très différents selon l'ampleur des événements. Victimes de la folie meurtrière de leur pays, ils deviendront des adultes bien avant l'âge...

    L'écriture de Gaël Faye est belle et crue, rendant un récit très réaliste dans lequel nous sommes en totale immersion.

     J'ai terminé Petit Pays en larmes, bouleversée par l'histoire de Gabriel et du Burundi.

N'hésitez pas à me contacter !