Chronique

27/07/22

Lynne Matson

NIL

received_807106347096606_edited.jpg

Charley se réveille sur une île somptueuse qui ne figure sur aucune carte. Elle y survit tant bien que mal avant de rencontrer Thad, le leader du clan des humains présents sur Nil.

 

Il lui apprend la vérité, glaçante : pour quitter cet enfer paradisiaque, il faut trouver une des portes qui apparaissent au hasard sur l'île ...

 

Il n'y en a qu'une par jour. Une seule personne peut l'emprunter. Pire encore, les adolescents n'ont qu'un an pour s'échapper. Sinon, c'est la mort.

 

Le compte à rebours a déjà commencé...

Edition : Pocket Jeunesse
Pages : 480

   On m'a vendu Nil comme étant LA lecture parfaite pour l'été. Et effectivement, le décor de l'île tropicale nous transporte le long de plages au sable fin et chaud, bordées de cocotiers. Pourtant, cette lecture a été une déception. C'est vraiment dommage car le concept était plus que prometteur.


   
Le principe sur lequel est fondée toute l'intrigue de Nil est très original et surtout, addictif. Le double aspect de l'île, qui est aussi bien un paradis qu'un cimetière à ciel ouvert, provoque une sensation dérangeante entre émerveillement et répulsion. Et c'est précisément ce petit bout de terre perdu au milieu de l'immensité de l'océan qui est le principal intérêt du roman, avec ses origines inconnues et le fonctionnement des portes. Beaucoup de questionnements restent irrésolus, et il est plus que probable que les réponses seront à découvrir dans la suite.

   Mais malheureusement, je ne suis pas certaine de le lire ce second tome. Comme je vous l'ai précisé dans l'introduction,
Nil n'a pas su me convaincre
 
 En plus d'être sous exploité, le concept de l'île est totalement gâché par une intrigue ennuyante et mal construite. Concrètement, il ne se passe pas grand chose ; les longueurs se font ressentir et on s'ennuie. L'histoire est tout simplement mauvaise.

   Et si le récit en lui-même n'a rien de captivant, il est encore alourdi par une romance niaise et irréaliste. L'amourette entre les deux personnages principaux n'a aucun intérêt et gâche absolument tout le roman. Prévisible et exaspérante, elle rend presque inexistant le principe de survie du récit. Ce qui m'a réellement dérangée, c'est qu'elle prend forme dès les premiers chapitres ! Non, non et re-non ! C'est lourd, c'est répétitif et surtout, on y croit pas une seule seconde ! La relation qui unit les deux tourtereaux n'a rien d'émouvant, elle ne m'a rien fait ressentir ! Et je suis pourtant une lectrice qui ressent à 1000% les événements et les sentiments. Mais ici rien, nada. Pas de papillons dans le ventre, de sourire attendri ni de complicité. Seulement une froide distance vis-à-vis des eux protagonistes. 

   Et je peux vous assurer que Charley et Thad ne présentent rien d'intéressant pour rattraper cette lecture.
Ce sont tout simplement des coquilles vides. Lisses et sans personnalité, ils sont bien trop beaux, trop intelligents, trop matures, en un mot trop "parfaits" pour être attachants. Les personnages secondaires sont presque plus travaillés.

   Enfin, le dernier élément qui me freine pour poursuivre la trilogie, c'est la fin très décevante de ce premier tome. En réalité, je ne vois pas comment il pourrait y avoir une suite. Les dernières pages s'enchaînent très rapidement et avec bien trop de facilité, ce qui porte une fois de plus atteinte à la crédibilité de l'histoire.


   
 Nil est une saga qui s'annonçait prometteuse, mais tous mes espoirs se sont effondrés en moins de cent pages. Je pense que passés les dix-sept ans, elle ne présente plus aucun intérêt.