Chronique

02/09/22

James Dashner

LE LABYRINTHE

IMG-20220902-WA0006_edited.jpg

Quand Thomas reprend connaissance, sa mémoire est vide, seul son nom lui est familier... Il se retrouve entouré d'adolescents dans un lieu étrange, à l'ombre de murs infranchissables. Quatre portes gigantesques, qui se referment le soir, ouvrent sur un labyrinthe peuplé de monstres d'acier. Chaque nuit, le plan en est modifié. 

 

Thomas comprend qu'une terrible épreuve les attend tous. Comment s'échapper par le labyrinthe maudit sans risquer sa vie ? Si seulement il parvenait à exhumer les sombres secrets enfouis au plus profond de sa mémoire...

Edition : PKJ
Pages : 426

      Des années après tout le monde, j'ai enfin découvert Le Labyrinthe de James Dashner. Et forcément, attendre aussi longtemps avant de commencer une saga si appréciée n'est pas la meilleure des idées. Après en avoir tant entendu parler, j'avais des attentes, beaucoup d'attentes ; j'étais presque certaine que cette lecture serait faite pour moi.

  Vous voyez où je veux en venir ? Et oui, c'est une déception de plus, un bonbon acidulé qui me reste en travers de la gorge.

   Quel ennui...Le livre n'est pas bien épais mais j'ai pourtant eu l'impression de me farcir une énorme brique. C'était si long, si lent. Quelques scènes d'action viennent pimenter le récit, mais elles se comptent sur les doigts d'une main. Il faut admettre que ces rares passages sont vraiment prenants, seulement quel dommage qu'ils soient épisodiques. Heureusement que l'histoire reste rythmée par de courts chapitres, sans quoi j'aurais probablement laissé tomber ma lecture.

   Mais en dehors des (trop) nombreuses longueurs, le mystère du labyrinthe nous retient entre les pages du livre, et c'est bien la seule raison pour laquelle je ne l'ai pas abandonné. Néanmoins, c'est sur cette énigme que portaient toutes mes espérances, toute ma curiosité. Et une fois de plus, je n'ai pas été convaincue, ça a même été ma plus grosse déconvenue. Le concept du labyrinthe était si prometteur, si propice à l'aventure et aux dangers ! Pourtant, il n'est pas du tout assez exploité, de nombreuses parties sont laissées à l'écart et l'auteur n'a selon moi pas suffisamment tiré profit des possibilités offertes par son invention.

 C'est lent, mais c'est aussi répétitif. Les pièges auxquels sont confrontés les personnages sont toujours les mêmes, c'est vite lassant.

 De plus, l'intrigue n'a rien de très original et souffre d'incohérences. Je peux comprendre qu'à sa sortie Le Labyrinthe était une saga plutôt inédite mais aujourd'hui, avec toutes les dystopies de qualité qui sont publiées, son intérêt est un peu dépassé.

   Comble de malheur, les personnages sont détestables. Tous. Pas un pour rattraper l'autre. Et le lien qui unit deux d'entre eux sort de nulle part, ça n'apporte absolument rien au texte sinon de porter un nouveau coup à sa crédibilité.

 

   Le Labyrinthe est donc une lecture qui m'a globalement déçue. J'ai essayé de lui donner une seconde chance en regardant le film, mais il était presque pire.